Fluchtpunkt San Francisco

Fluchtpunkt San Francisco ist ein US-amerikanisches Roadmovie aus dem Jahre 1971 von Regisseur Richard C. Sarafian mit dem damals noch weitgehend unbekannten Barry Newman in der Hauptrolle.

Kowalski soll ein Auto von Denver nach San Francisco überführen. Der Ex-Rennfahrer wettet, dass er die vor ihm liegende Strecke innerhalb von fünfzehn Stunden zurücklegen kann. Eine Herausforderung, die er zum Einen durch die Einnahme von Amphetaminen zu bewältigen hofft. Außerdem kann er ihr aber auch nur dann gerecht werden, wenn er sich nicht an Geschwindigkeitsbeschränkungen hält und dem 7,2-l-V8-Motor (440 cui) des weißen 1970er Dodge Challenger R/T freien Lauf lässt.

Wegen seiner Fahrweise wird Kowalski im Laufe seiner Fahrt durch den Südwesten der USA immer intensiver von der Polizei verfolgt (der er laut Rückblenden früher selbst angehört hatte). Auf seiner Seite hat Kowalski insbesondere den Radio-Diskjockey Super Soul, der den Polizeifunk abhört und den von ihm als „letzten amerikanischen Helden“ bezeichneten Flüchtigen über den Äther immer wieder vor geplanten Polizeiaktionen warnen kann. Jedenfalls so lange, bis Super Soul gewaltsam zum Schweigen gebracht wird. Entlang seiner Strecke bekommt Kowalski aber auch Hilfe von einem Motorradfahrer, Angehörigen einer Hippie-Kommune und anderen Personen. In einer späteren Szene wird auch ein Zeitungsausschnitt gezeigt, in dem Bezug auf den tödlichen Surfunfall seiner Freundin Vera vor fünf Jahren genommen wird.

Letztendlich erreicht Kowalski sein Ziel allerdings nicht, da er selbstmörderisch in eine Straßensperre rast

United States Home CHANDLER 21 Jerseys

United States Home CHANDLER 21 Jerseys

BUY NOW

$266.58
$31.99

. Viele glaubten, Kowalski habe dies mit Absicht getan, denn man sah ein Lächeln des Hauptdarstellers. Jedoch räumte Barry Newman einst in einem Interview mit diesem Irrglauben auf, indem er sagte: „Kowalski lächelte weil er dachte, er käme knapp an der Straßensperre vorbei und hätte damit freie Fahrt … er wusste nicht, dass er in den Tod rast.“

Sarafian sagte in einem Interview, dass er ein anderes Ende geplant habe. Das Licht zwischen den Planierschilden sollte ein Tor in eine andere Welt darstellen, in die Kowalski beim Zusammenstoß eintritt (vgl. The Doors‘ Break on Through (To the Other Side)).

„Dieser Film ist so geradlinig, dass nicht einmal Zeit für den Vornamen des Helden bleibt. […] Vollgepumpt mit Amphetaminen, durchbricht er Straßensperren im Akkord und jagt sein Muscle-Car sogar quer durch die Wüste. Vanishing Point (Fluchtpunkt San Francisco) ist nicht unbedingt ein Lehrfilm für die Fahrschule, aber ein Zelluloid-Denkmal für den legendären 1970er Dodge Challenger R/T.“

„Mit kurzen Zwischenschnitten, die den Dauer-Trip gelegentlich unterbrechen, macht Sarafian bald deutlich: Kowalski ist auf der Flucht vor seinen Erfahrungen mit dem amerikanischen Traum. Als Vietnam-Krieger hatte er noch geglaubt, die westlichen Ideale zu verteidigen; er kam ernüchtert zurück. Als Polizist versuchte er dann, eine angeblich rauschgiftsüchtige Angestellte vor ihrem Chef zu schützen

kelme t shirts

KELME Summer Outdoor Casual Cotton Printed Short-Sleeved T-shirt Men

BUY NOW

39.99
29.99

, und verlor dabei seinen Job. So rast er nun mit überhöhter Geschwindigkeit dahin und kümmert sich nur noch um die Radiodurchsagen eines blinden schwarzen Disc-Jockeys, der ihn vor den Verkehrsstreifen warnt.“

Turkmenistan under VM i friidrett 1993

Turkmenistan deltok under VM i friidrett 1993 (utendørs) fra 13. til 22. august 1993 i Stuttgart i Tyskland.

Algerie  · Armenia  · Australia  · Bahamas  · Belgia &nbsp

Real Madrid Club de Fútbol Home Jerseys

Real Madrid Club de Fútbol Home Jerseys

BUY NOW

$266.58
$31.99

;· Botswana  · Brasil  · Bulgaria  · Burkina Faso  · Canada  · Caymanøyene  · Chile  · Cuba  · Danmark  · De forente arabiske emirater  · Djibouti  · Dominica  · Estland  · Etiopia  · Finland  · Frankrike  · Georgia  · Grenada  · Hellas  · Hong Kong  · Hviterussland  · Irland  · Island  · Israel  · Italia  · Jamaica  · Japan  · Jugoslavia  · Kasakhstan  · Kenya  · Kina  · Kinesisk Taipei  · Kroatia  · Latvia  · Lesotho  · Litauen  · Marokko  · Mexico  · Mosambik  · Namibia  · Nederland  · New Zealand  · Nigeria  · Norge  · Oman  · Pakistan  · Papua Ny-Guinea  · Paraguay  · Polen  · Portugal  · Puerto Rico  · Romania  · Russland  · Somalia  · Slovakia  · Slovenia  · Spania  · Sri Lanka  · Storbritannia  · Sveits  · Sverige  · Swaziland  · Sør-Afrika  · Sør-Korea  · Tadsjikistan  · Tanzania  · Tonga &nbsp

Colombia 2016 Home FALCAO 9 Jerseys

Colombia 2016 Home FALCAO 9 Jerseys

BUY NOW

$266.58
$31.99

;· Trinidad og Tobago  · Tsjekkia  · Tunisia  · Turkmenistan  · Tyrkia  · Tyskland  · Ukraina  · Ungarn  · USA  · Usbekistan  · Zambia  · Østerrike

Duché de Mecklembourg-Strelitz

1701 – 1815

Le duché de Mecklembourg-Strelitz (en jaune).

Entités précédentes :

Entités suivantes :

Le duché de Mecklembourg-Strelitz (en allemand : Herzogtum Mecklenburg-Strelitz) fut de 1701 à 1815 un duché situé dans le nord-est du Saint-Empire. Sa capitale fut Neustrelitz.

Le duché est créé le par la transaction de Hambourg (en allemand : Hamburger Vergleich ou Hamburger Erbvergleich).

Après cinq ans de polémique de succession dans la Maison de Mecklembourg, le duché de Mecklembourg-Strelitz naquit en 1701 en lieu et place de l’ancien duché de Mecklembourg-Güstrow. Cette mésentente concerna la succession du duché de Mecklembourg-Güstrow dont le dernier représentant, le duc Gustave-Adolphe de Mecklembourg-Güstrow décéda sans héritiers masculins en 1695.

À la signature d’un acte de succession à Hambourg en 1701, créa donc deux duchés : le Mecklembourg-Schwerin et le Mecklembourg-Strelitz. il fut assigné un rôle mineur au duc de Mecklembourg-Strelitz. En 1748, une dissolution totale des deux duchés de Mecklembourg fut décidée par les deux ducs régnant

Mexico Home R.JIMINEZ 9 Jerseys

Mexico Home R.JIMINEZ 9 Jerseys

BUY NOW

$266.58
$31.99

, ce fut un échec. Depuis 1701, en matière de politique intérieure, les deux duchés mecklembourgeois ont souvent agi d’un commun accord. En politique extérieure Runner Waist Pack, le duché de Strelitz respecta, malgré des objectifs différents, une politique de neutralité.

Ce duché ne participa pas à la guerre de Sept Ans (1756-1763).

Par le traité signé à Paris, le , le duc Charles II accède à la Confédération du Rhin. Le , le duc régnant dénonce le traité et quitte la confédération mise en place par Napoléon.

Le Congrès de Vienne en 1815 élevèrent les ducs de Mecklembourg-Strelitz au titre de grand-duc régnant. Le Grand-duché de Mecklembourg-Strelitz est membre de plein droit de la confédération germanique.

La lignée de Mecklembourg-Strelitz fut la plus jeune branche de la Maison de Mecklembourg, ses ducs puis grands-ducs régnèrent de 1701 à 1918.

Le duché de Mecklembourg-Strelitz, tel que défini par l’article 2 de la transaction de Hambourg, comprenait deux parties, séparées par le duché de Mecklembourg-Schwerin :

La titulature des ducs de Mecklembourg-Strelitz était identique à celles des ducs de Mecklembourg-Schwerin

Fútbol Club Barcelona Home I.RAKITIC 4 Jerseys

Fútbol Club Barcelona Home I.RAKITIC 4 Jerseys

BUY NOW

$266.58
$31.99

, à savoir :

N., von Gottes Gnaden, Herzog zu Mecklenburg,
Fürst zu Wenden, Schwerin und Ratzeburg,
(auch) Graf zu Schwerin,
der Lande Rostock und Stargard Herr

« N., par la grâce de Dieu, duc en Mecklembourg,
prince en Vandalie, Schwerin et Ratzebourg,
(ainsi que) comte en Schwerin,
seigneur du pays de Rostock et de Stagard »

Vignoble de Savoie

Le vignoble de Savoie est une région viticole française qui s’étend essentiellement sur les départements de la Savoie (28 communes) et de la Haute-Savoie (24 communes), plus deux communes de l’Ain (Corbonod et Seyssel) et une de l’Isère (Chapareillan).

En 2012, le vignoble savoyard s’étendait sur environ 2200 hectares (Savoie 1880 hectares, Isère 169 hectares, Haute-Savoie 142 hectares, Ain 79 hectares). 16 millions de bouteilles avait été vendues cette année là pour un chiffre d’affaires de 52 millions d’euros.

La vigne est présente depuis longtemps dans les Alpes, comme en témoignent les pépins de raisins fossilisés retrouvés lors de fouilles archéologiques dans les sites lacustres datant du Néolithique.

Les plus anciens témoignages de vinification sur ce versant des Alpes sont postérieurs à la conquête romaine, et surtout plus au sud. Strabon vante les qualités des Allobroges qui, expliqua-t-il « tournent désormais vers l’agriculture l’application qu’ils avaient donné, jusque là, aux choses de la guerre. ». Dans le courant du Ier siècle, ces Celtes avaient sélectionné un cépage nouveau, le vitis allobrogica, capable de résister aux conditions climatiques alpines. Son vin entra dans l’histoire à l’époque d’Auguste et Columelle lui donna le qualificatif de vinum picatum, c’est-à-dire de vin poissé. Résultat sans doute de son passage dans des tonneaux aux douelles de sapin ou de mélèze. Pline l’Ancien nous a décrit ses crus, le sotanum, le taburnum et l‘ellicum.

Ils étaient commercialisés à partir de la colonie romaine de Vienna, ce qui permit à Martial de chanter et célébrer les vins de « Vienne-la-Vineuse ». S’il ne nous est rien dit sur le mode de conduite de l’allobrogica, on sait que ce cépage était cultivé jusqu’à Burgum, l’actuel Bourg-Saint-Andéol. Or, les récentes fouilles de la ligne TGV ont permis aux archéologues d’identifier le site proche des Girardes à Lapalud, des fosses alignées, datées du Haut Empire, où avait été faite une plantation viticole sur hautains.

Après la chute de l’Empire romain, c’est l’Église qui fait survivre la viticulture savoyarde à travers ses besoins en vin de messe. Dès le XIe siècle, les moines plantent la vigne « en crosse », c’est-à-dire sur arbre mort.

Durant tout le Moyen Âge et jusqu’au rattachement de la Savoie à la France, les « albergataires », ou métayers, dans le cas de plantation nouvelle ou de renouvellement d’une ancienne vigne, s’obligeaient contractuellement avec le bailleur. Celui-ci payait le défonçage du sol, l’engrais et les échalas ; le baillé avait à sa charge la plantation des hautains et l’entretien général des vignes.

De très nombreux villages de Savoie, à l’exception de ceux aux terroirs et aux climats vraiment les plus inappropriés, plantent alors des vignes

United States Away DEMPSEY 8 Jerseys

United States Away DEMPSEY 8 Jerseys

BUY NOW

$266.58
$31.99

. La majorité de cette production locale était de qualité médiocre avec des vins souvent mal vinifiés, âpre au goût et de faible degré en alcool, mais qui trouvait cependant pour les boire une clientèle paysanne et ouvrière peu difficile.

La plus grande extension du vignoble se fit entre le XVIe siècle et le XVIIIe siècle. Initialement implanté sur les coteaux les plus ensoleillés, il descendit vers les plaines. Et dans ces bas-fonds, pour préserver les ceps du gel, les hautains prirent encore plus de hauteur, avec l’obligation de mettre les premières grappes à 1,50 ou 2 mètres du sol. Ce qui permit de comptabiliser, en 1768, 9 000 hectares de vignes, toutes sur treilles ou sur hautains, dont la majorité n’était apte qu’à fournir un « vin de laboureur », verdelet à souhait. Profitant d’un plus gros rendement, le double que les vignes sur échalas, ils étaient dits « verts, acides, mais sains et désaltérants. ».

En 1816, André Jullien, lors de son séjour en Savoie pour rédiger sa Topographie de tous les vignobles connus, constate :

« La variété des expositions, les différentes espèces de cépages que l’on réunit dans la même vigne, et surtout les ceps hautains que l’on rencontre dans beaucoup de cantons, occasionnent de grandes dissemblances dans la qualité des produits. et tandis que quelques vignobles donnent de forts bons vins, beaucoup d’autres ne produisent que de très basse qualité. »

Au milieu du XIXe siècle, ces vins surets étaient produits sur près de 3 000 hectares, dont 2 000 dans le département de Savoie, soit le quart du vignoble. Cette situation perdura jusqu’à l’apparition du phylloxéra et la reconstitution d’un nouveau vignoble. La conduite en hautain ne se retrouve plus aujourd’hui qu’en Chautagne pour une partie seulement du vignoble, la quasi-totalité étant palissée sur fil de fer à une hauteur de 1,20 mètre. Ce reliquat de la vieille technique ne concernent que des vignes de gamay.

Toujours au milieu du XIXe siècle, mais en Haute-Savoie cette fois, la commune d’Évian avait 70 hectares et son canton 455 hectares de vignes. Le cépage cultivé était le chasselas ; il était conduit pour moitié en vignes basses avec un rendement de 40 à 50 hl/ha. L’autre moitié poussait sur « crosses de châtaignier » avec des rendements qui s’élevaient entre 80 et 120 hl/ha. Jusqu’au début du XXe siècle, la ville s’était fait une renommée pour ses vins autant que pour ses eaux. Ils avaient impressionné le docteur Jules Guyot, qui les goûta en 1868 et commenta :

« Les vins des crosses d’Évian sont blancs, légers et ils sont aussi sains qu’agréables… Les habitants préfèrent beaucoup leurs vins à leurs eaux qui sont pourtant des plus séduisantes. »

Il a laissé une description des crosses, constituées par de grands arbres avec toutes leurs branches montant jusqu’à 8 à 12 mètres de haut et dont le tronc de 30 à 50 cm de diamètre avait été tout écorcé. Il précisait même que les raisins du bas mûrissaient les premiers, entre six à neuf jours plus tôt que ceux du haut. Aujourd’hui, il ne reste qu’une centaine de crosses sur le territoire de Marin et le vignoble d’Évian-les-Bains est classé en vin de Pays des Allobroges.

La plupart de ces mauvaises vignes ont disparu définitivement avec l’arrivée du phylloxera dès la fin du XIXe siècle, mais surtout avec l’arrivée du chemin de fer qui permit d’importer massivement du Midi de la France des vins bon marché et de bien meilleure qualité alcoolique que les petites piquettes locales. Même si pendant quelque temps les raisins et les vins du Midi furent utilisés pour faire du coupage afin d’améliorer la qualité, seuls les meilleurs terroirs survécurent en améliorant leur qualité propre et en se greffant sur des pieds américains.

Les crus de Seyssel (communes de Seyssel (Ain), Seyssel (Haute-Savoie) et Corbonod) et de Crépy (Ballaison, Douvaine et Loisin) sont distingués dès 1942 pour celui de Seyssel (décret du ) et 1948 pour celui de Crépy (décret du ). En 1957, les vins de Savoie obtiennent la reconnaissance comme VDQS, puis en 1973 ils sont classés AOC (décrets du et du ).

La Savoie viticole n’est pas faite d’un vignoble d’un seul tenant, mais d’un grand nombre d’îlots de viticulture, sélectionnés selon la qualité du sol et surtout de l’ensoleillement.

Le vignoble savoyard est presque exclusivement implanté sur des sols caillouteux issus de l’érosion : moraines glaciaires (Marin, Marignan, Crépy, Frangy), cônes d’éboulis (Abymes, Arbin, Cruet, Fréterive) et terrasses fluviales (Ripaille). Les seules exceptions sont sur des marnes ou des calcaires argileux du Kimméridgien (à Chignin et à Jongieux). Quelques parcelles sont plantées sur des sols schisteux, comme à Cevins; ce genre de sols a la particularité d’emmagasiner plus facilement la chaleur du jour et de la rendre à la plante durant la nuit et donne aussi des vins avec une riche minéralité.

Le terroir des crus abymes et apremont, au sud de Chambéry, est récent : il provient d’un glissement de terrain de la face nord du Mont Granier. Dans la nuit du 24 au , les marnes du Valanginien, gorgées d’eau, entraînent avec elles des calcaires durs, une autre couche de marne hauterivien et les calcaires urgoniens qui forment le sommet du Granier, formant un vaste cône d’éboulis de 23 km2. Longtemps laissé en friche, ce chaos de rochers appelé les « Abymes de Myans » a été progressivement planté à partir du XIVe siècle.

En raison des conditions climatiques, la vigne se limite aux Préalpes et aux versants les mieux exposés des vallées alpines, moins froides. La baisse moyenne de température est de 1 °C tous les 116 mètres ; au-dessus de 600 mètres d’altitude, le différentiel de température est de 1 ° par 247 mètres de dénivelé.

Dans la vallée les jours de gel sont fréquents et peuvent atteindre près de 100 jours par an. Seuls les cépages locaux peuvent résister à cette baisse des températures.

Dans les zones particulièrement à l’abri, près de l’eau qui atténue le froid, le climat méditerranéen est déjà perceptible, sur les rives du lac du Bourget et dans le nord de la Chautagne en particulier. Plus la vigne est plantée en coteaux orientés au sud, plus elle reçoit la lumière solaire et l’air froid peut circuler dans des endroits plus bas.

En moyenne, l’ensoleillement est 1 870 heures par an et suivant les secteurs peut atteindre 2 000 heures par an.

La région est parmi les plus humides de France. La moyenne se situe à environ 1000-1 200 mm par an, elle peut s’élever dans les montagnes au-dessus de 2 000 mm par an.

L’humidité est généralement associée à la force du vent du sud-ouest, la traverse. Pour se protéger contre le froid du vent du nord, la bise, la majorité des vignobles sont sur les versants sud. Au printemps, le vent peut apporter à la viticulture des gelées dévastatrices. Au cours de l’automne, chaud et humide, les vents du sud apportent de fréquents orages.

La majorité de la viticulture savoyarde se trouve dans le département de la Savoie : la superficie de l’AOC vin de Savoie était de 1 755 hectares en 2005, dont 1 550 en Savoie et presque tout le reste en Haute-Savoie. L’appellation couvre 28 communes de Savoie, 20 de Haute-Savoie, deux de l’Ain et une de l’Isère.

Les trois AOC savoyardes produisent 130 000 hectolitres de vin par an, dont 80 % de vin blanc :

Seize dénominations géographiques peuvent adjoindre leur nom à l’AOC vin de Savoie : Abymes, Apremont, Arbin, Ayze, Chautagne, Chignin, Chignin-bergeron ou bergeron, Crépy, Cruet, Jongieux, Marignan, Marin, Montmélian, Ripaille, Saint-Jean-de-la-Porte, Saint-Jeoire-Prieuré. La liste originale de 1973 comprenait aussi Charpignat et Sainte-Marie-d’Alloix, deux crus disparus depuis ; Jongieux et Marin ont complété la liste en 1983.

Le nom de l’appellation d’origine contrôlée roussette de Savoie peut être complété par les dénominations géographiques suivantes : Frangy, Marestel, Monterminod et Monthoux.

Hors des limites des deux départements savoyards, l’appellation seyssel déborde sur deux communes du département de l’Ain, tandis que l’appellation vin de pays d’Allobrogie déborde sur le département de l’Isère, auquel on peut rattacher le petit vignoble de l’Y grenoblois qui s’étend essentiellement aujourd’hui sur la commune de Chapareillan.

Dans le département de la Savoie, en 2006, le vignoble représentait 19 % du chiffre d’affaires de l’agriculture départementale et employait 800 agriculteurs dont la moitié sont des professionnels. En 2011, le nombre d’agriculteurs a été de 600 et produisaient environ 20% du produit agricole brut du département.

La surface du vignoble s’est accrue de 30 % en une décennie, 135 000 hectolitres ont été produits en 2005 et 125 000 hectolitres en 2010, dont la moitié est consommée par les résidents du département. Depuis quelques années, les stocks avaient augmenté et représentaient en 2006, un peu moins d’une année de production.

Les « sartos » sont des guérites de pierres caractéristiques de la région, et une confrérie en porte le nom.

C’est le plus vaste des vignobles savoyards dans la vallée et sur les pentes de la Combe de Savoie, à l’est de Chambéry, entre le parc naturel régional de Chartreuse et celui du Massif des Bauges.

Les abymes et l’apremont rendent hommage, par leur nom, au drame de la nuit du 24 au 25 novembre 1248, lors de laquelle un pan entier du Mont Granier (1 933 m) s’est effondré, tuant plus de 1 000 personnes en ensevelissant une quinzaine de villages. L’oratoire de Notre-Dame-de-Myans marque l’endroit où la coulée de roches et de boues s’est arrêtée.

Les vignobles de Saint-Jeoire-Prieuré, Chignin, Montmélian, Arbin, Cruet et Saint Jean de la Porte qui se situent sur les coteaux de la montagne savoyarde, premier contrefort du massif des Bauges, font face aux vignobles d’Apremont et des Abymes.

Les vignobles de l’Avant-Pays savoyard s’étendent sur trois secteurs distincts au nord de Chambéry : l’ouest du lac du Bourget, la Chautagne au nord du lac du Bourget, sur la rive est du Rhône, et en remontant un peu la vallée du Rhône, jusqu’en Haute-Savoie, les secteurs de Seyssel et Frangy, où s’élabore la roussette-de-savoie.

Les rives du lac Léman ou Chablais français accueillent de beaux terroirs : les coteaux du Crépy (communes de Ballaison et Douvaine), les rivages d’Yvoire et d’Excenevex, et à l’Est de Thonon-les-Bains les vignobles de Ripaille (commune de Thonon-les-Bains) et Marin.

Des grands vignobles de la vallée de l’Arve qui existaient au début du XXe siècle, il ne reste que quelques vignes du côté de Ville-la-Grand dans la banlieue d’Annemasse et surtout un joyau recherché : le vin d’Aÿze, dont les vignes sont implantées au bas des pentes ouest du Môle (1 863 m).

(indication géographique protégée)

L’encépagement du vignoble savoyard mêle cépages locaux et cépages issus de régions viticoles voisines. On retrouve 23 cépages sur les 250 recensés en France, dont sept uniques (altesse, gringet, molette, mondeuse noire (proche de la syrah), mondeuse blanche, persan et jacquère).

Sur les autres projets Wikimedia :

Abbaye des Dunes

Géolocalisation sur la carte : Flandre-Occidentale

Géolocalisation sur la carte : Belgique

L’ancienne abbaye des Dunes (ou abbaye Notre-Dame des Dunes) était située à Coxyde près de Furnes, en Belgique, en Flandre-Occidentale, depuis son origine, en 1107, comme ermitage bénédictin établi au milieu des dunes. Au XIIe siècle, l’édifice est élevée au rang d’abbaye, s’adjoint une chapelle et des bâtiments plus solides, puis est affiliée à l’ordre de Cîteaux.

L’abbaye eut un grand prestige au XIIIe siècle, mais des crises financières

Real Madrid Club de Fútbol Away CHICHARITO 14 Jerseys

Real Madrid Club de Fútbol Away CHICHARITO 14 Jerseys

BUY NOW

$266.58
$31.99

, des inondations, les guerres, le relâchement de la discipline et la diminution des vocations provoquèrent le déclin du monastère. La communauté s’est réduit et n’a pu empêcher l’envahissement progressif des bâtiments par le sable.

Au XVIe siècle, les iconoclastes calvinistes puis les Gueux de mer vandalisent l’abbaye, laquelle est finalement incendiée et les moines dispersés. Début XVIIe siècle, l’abbé mettra en chantier la construction d’un nouveau monastère, puis son successeur décide du transfert de l’abbaye des Dunes à Bruges. Le traité de Münster qui reconnait l’indépendance des Pays-Bas septentrionaux porte un coup dur à l’abbaye qui perd un grand nombre de possessions en Zélande et voit ses dettes s’accumuler.

L’abbaye est supprimée en 1796 par l’autorité révolutionnaire française, ses biens confisqués, et les moines furent expulsés. Au XIXe siècle, après avoir servi comme école centrale du département de la Lys, lycée impérial puis hôpital militaire, les bâtiments de l’abbaye des Dunes à Bruges sont occupés par le Grand séminaire du diocèse de Bruges.

En 1949, les vestiges de l’abbaye de Coxyde ont été exhumés, et l’ancien domaine abbatial forme aujourd’hui un musée en plein air réunissant les ruines recouvrées.

L’abbaye des Dunes était située à Coxyde près de Furnes, en Belgique, en Flandre-Occidentale, depuis sa fondation, en 1107, au milieu de dunes sauvages dans une région peu habitée comportant quelques huttes et une petite chapelle, puis fut transférée à Bruges au XVIIe siècle.

En 1107, un ermite bénédictin, Ligier, et ses disciples, installent un ermitage dans une région peu habitée de la Flandre-Occidentale. Selon Émile Poumon, un monastère bénédictin présent à cet endroit est élevé au rang d’abbaye, dès 1122, sous le nom de Sainte-Marie-des-Dunes.

En 1127, l’abbé Foulques, successeur de Ligier, construit une chapelle et des bâtiments plus solides. En 1138, le même Foulques demande l’affiliation à l’ordre de Cîteaux, fondé une vingtaine d’années auparavant : en effet, des pourparlers ont lieu à Ypres, avec le frère de saint Bernard, et le 31 mai de la même année, Foulques visite l’abbaye de Clairvaux, quatrième fille de Cîteaux, soumettant son monastère des Dunes à l’autorité de saint Bernard. Ainsi, Foulques et ses compagnons sont devenus ‘moines cisterciens’.

Foulques lui-même se démet de sa charge et un proche de saint Bernard, moine à Clairvaux, saint Robert de Bruges est nommé premier abbé de l’abbaye des Dunes pour y établir au mieux les coutumes du nouvel ordre monastique. Comme le veut la Carta Caritatis des cisterciens, saint Bernard, comme abbé de Clairvaux (abbaye-mère), visite l’abbaye des Dunes, en avril 1139, pour y installer le nouvel abbé. Lorsque, en 1153, Robert de Bruges est appelé à Clairvaux, comme successeur de saint Bernard, Albéron lui succède et peu après, en 1155, saint Idesbald.

Sous l’abbatiat d’Idesbald l’abbaye se développe rapidement et acquiert un grand prestige, autant pour la piété de ses moines (saint Idesbald et dom Bernard Campmans, par exemple) que pour leur érudition (Gilles de Roya, Charles de Visch et Adrien de But, par exemple). Le ménologe de l’abbaye conserve le souvenir de la sainteté de ses abbés et moines de ces temps de pionniers.

La construction de l’église abbatiale prend un temps considérable. Elle n’est inaugurée qu’en 1262. Elle était alors – avec une nef et sanctuaire s’étirant sur 115 mètres de long – une des plus grandes églises de Flandres. Il est vrai que plus de 300 moines logent à l’abbaye des Dunes. Les chiffres montent encore au point d’arriver à la fin du XIIIe siècle, à 181 moines et 350 convers. Très vaste, très prospère, l’abbaye étend son rayonnement sur quantités de fermes exploitant, ensemble, environ 10 000 hectares répartis entre Dunkerque et l’embouchure de l’Escaut.

Des crises financières, des inondations, les guerres, le relâchement de la discipline et la diminution des vocations provoquèrent le déclin du monastère&nbsp Red Runner Waist Pack;: c’est déjà la fin du siècle de grande ferveur. En particulier, la Flandre est sporadiquement engagée dans la guerre de Cent Ans et l’abbaye n’est pas épargnée. L’instabilité s’installe. L’abbaye perd plusieurs de ses fermes (et sources de revenus). La situation est si mauvaise que, en 1453, les moines songent à quitter l’abbaye. La communauté est réduite et ne parvient plus à entreprendre les travaux nécessaires pour empêcher l’envahissement des bâtiments par le sable. La municipalité de Furnes refuse cependant de laisser partir ses moines. Vers 1550, seuls une vingtaine de moines vivent encore à l’abbaye.

Une première catastrophe survient en 1566 quand les iconoclastes vandalisent l’abbaye. Le mobilier est mis en pièce, la bibliothèque incendiée et les moines chassés de leur abbaye. Les moines sont à peine revenus que les calvinistes prennent le pouvoir dans plusieurs villes importantes des Pays-Bas méridionaux (1577), les Gueux de mer aggravant les détériorations en 1578. L’abbaye est finalement incendiée par des troupes calvinistes, et les moines dispersés.

En 1601, l’abbé Laurent van den Berghe installe ce qui reste de sa communauté dans une des fermes de l’abbaye, à Bogaerde, entre Furnes et La Panne, mettant en chantier la construction d’un nouveau monastère. L’architecte du relèvement est cependant l’abbé Bernard Campmans (1632-1642), qui décide du transfert de l’abbaye des Dunes à Bruges. Selon Émile Poumon, le transfert à Bruges s’effectue dès 1622, au quai de la Poterie précisément.

L’abbaye occupe donc le refuge que possédait l’abbaye de Ter Doest, une abbaye-fille des Dunes. Pour marquer la continuité, l’abbaye de Bruges garde le nom de Notre-Dame des Dunes. La bibliothèque est reconstituée avec des livres venant des deux abbayes de Ter Doest et des Dunes. Le traité de Münster (1648) avec la reconnaissance de l’indépendance des Pays-Bas septentrionaux porte un coup dur à l’abbaye qui perd un grand nombre de fermes et possessions en Zélande. Les dettes s’accumulent et l’abbaye ne reprendra plus son essor.

Le marque l’expulsion des moines de leur abbaye de Bruges. Bâtiments et biens sont confisqués et l’abbaye est supprimée. À cette date, avec l’abbé Maur de Mol, il n’y a plus que 18 moines et 5 frères convers. Les moines prêtres reçoivent des postes de curés ou d’aumônier. L’abbé meurt en Allemagne en 1799. Il semble que, en 1819, les 5 moines encore survivants firent ensemble une visite des ruines de ce qui fut leur ancienne et puissante abbaye. En 1833 s’éteint à Bruges le dernier de ces moines, don Nicolas de Roover.

À sa mort don Nicolas de Roover lègue au diocèse de Bruges ce qui était devenu sa propriété personnelle: les bâtiments de l’abbaye des Dunes à Bruges. Ce qui lui vaut d’y avoir son portrait en une place prééminente, avec l’inscription : « Don Nicolas de Roover, dernier religieux de l’abbaye des Dunes et bienfaiteur insigne du diocèse (de Bruges) ; décédé le 23 mars 1833 ».

Après avoir servi comme école centrale du département de la Lys (1798-1803), lycée impérial (1808-1814) et hôpital militaire, les bâtiments de l’abbaye des Dunes à Bruges sont occupés, à partir de 1833 par le Grand séminaire du diocèse de Bruges. Le 1er octobre 1833 l’année académique s’ouvre avec 122 séminaristes. Cela fait donc plus de 175 ans que le séminaire est installé dans les bâtiments de l’ancienne abbaye cistercienne.

Les vestiges de l’abbaye de Coxyde, délaissés, ont été recouverts par le sable poussé par les vents du large. En 1949, l’exhumation de ces ruines a été entreprise et, depuis lors

kelme Polo Shirts

KELME Casual Polo Men’s Comfortable T-shirt

BUY NOW

29.99
19.99

, des souvenirs de l’abbaye comme des briques, des colonnettes, des bases de piliers, ont été retrouvés. Il a été possible de dater l’église (1250) détruite par les iconoclastes en 1638.

L’ancien domaine abbatial forme aujourd’hui un musée en plein air réunissant les ruines recouvrées. Des trouvailles de tous genres, faites sur les lieux mêmes, occupent les salles d’un conservatoire ou centre muséographique, construit en style traditionnel. À part les collections archéologiques et le parc des ruines, la commune de Coxyde montre la ferme Ten Bogaerde, ancienne dépendance de l’abbaye, et sa vaste grange. Par ailleurs, une chapelle moderne, au hameau de Saint-Idesbald, est dédiée à la mémoire du troisième abbé des Dunes, mort en l’abbaye.

La St-Idesbald et la Ten Duinen, des bières d’abbaye reconnues, se référant à l’abbaye des Dunes sont produites par la brasserie Huyghe. Elles n’ont aucun lien avec l’abbaye historique.

En définitive, les éléments suivants caractérisent l’ancienne abbaye des dunes :

Sur les autres projets Wikimedia :

William Wallace Statue, Bemersyde

The William Wallace Statue in the grounds of the Bemersyde estate, near Melrose in the Scottish Borders is a statue commemorating William Wallace. It was commissioned by David Steuart Erskine, 11th Earl of Buchan, and it protected as a category B listed building.

The statue was made of red sandstone by John Smith of Darnick and was erected in 1814. It stands 31 feet high and depicts Wallace looking over the River Tweed. In 1991, the Saltire Society raised funds for a renovation which was carried out by Bob Heath and Graciella Glenn Ainsworth.

At Wallace’s feet reads the inscription:

Erected by David Stuart
Erskine

Argentina Home BANEGA 19 Jerseys

Argentina Home BANEGA 19 Jerseys

BUY NOW

$266.58
$31.99

, Earl of Buchan
WALLACE
GREAT PATRIOT HERO!
ILL REQUITED CHIEF!
MDCCCXIV

Below the statue of Wallace, as part of the same construction by John Smith is a smaller statue of a funeral style urn inscribed as follows:

Sacred to the memory of Wallace

The peerless Knight of Ellerslie [sic]
Who wav’d on Ayr’s Romantic shore
The beamy torch of Liberty
And roaming round from Sea to Sea
From Glade obscure of gloomy Rock
His bold companions call’d to free
The Realm from Edward’s Iron Yoke.

Close by are Brotherstone Hill

Los Angeles Galaxy Home GONZALEZ 4 Jerseys

Los Angeles Galaxy Home GONZALEZ 4 Jerseys

BUY NOW

$266.58
$31.99

, Dryburgh Abbey

United States Home JONES 13 Jerseys

United States Home JONES 13 Jerseys

BUY NOW

$266.58
$31.99

, the Leaderfoot Viaduct, Newtown St. Boswells, Scott’s View and the Smailholm Tower.

Coordinates: